Prisons Remar

Remar soutient cantines dans les prisons de plusieurs pays africains: Mozambique, Burkina Faso, Côte d'Ivoire...donnant un repas quotidien à miles de prisonniers, puisque beaucoup meurent en conséquence de la mauvaise alimentation.

Voir la Video

Lorsqu'on commence à travailler dans le monde le la marginalisation sociale, il s'avère pratiquement impossible ne pas faire face à certaines personnes qui sont impliquées dans des affaires pénitencières. De fait, les milieux marginaux se caractérisent par leur tendance à la délinquance. C'est pour cette raison que REMAR a décidé de mettre en pratique une série d'actions spécifiques, avec l'objectif d'aider des personnes ayant des problèmes pénitentiaires.

Parmi ces actions, nous pouvons différencier deux orientations clairement séparées :
-La visite en centres pénitentiaires pour le suivi des internes.
- L'alternative proposée aux condamnés de purger leur peine dans nos centres.

Remar ONG atiende en las cárceles

Programme de visites en centres pénitenciers :

C'est un programme d'attention et d'assistance au sein des prisons, qui se caractérise par son orientation préventive, en coordination avec les Institutions Pénitencières. Notre but est l'établissement d'un travail conjoint concernant le problème de réinsertion, qui est au cœur des préoccupations de notre société.

Ce projet se réalise collectivement, par le biais de thérapies d'auto-aide et de solidarité dans la prison, sous la direction d'un coordinateur entraîné ; mais aussi individuellement, avec le traitement de chacune des personnes, avec une réponse aux besoins et demandes, et finalement à niveau familial, avec l'établissement d'une relation avec les familles des jeunes, en soutenant leur relation et leur contact.

Ce programme fonctionne de manière stable et en collaboration avec les Institutions Pénitencières depuis plusieurs années, grace à l'accès aux différents centres pénitenciers accordés aux membres de l'association.

Actuellement, ces visites se mènent à bien de manière hebdomadaire. Elles consistent en une série de discussions qui s'effectuent dans les différents modules, mais elles se traduisent aussi par un suivi personnalisé de ceux qui volontairement, s'inscrivent à ce programme.

Discussion thérapeutique dans la prison de Costa de Marfil.

Durant la visite sont traitées les situations, attitudes et les manières de s'y confronter. Les enseignements reçus par les jeunes leur sont d'une grande aide. Les discussions abordent aussi le thème des situations personnelles. Nous tentons de les aider et les conseiller dans les dites situations, tout en contemplant la possibilité qu'ils accèdent aux programmes de traitement de nos centres.

Objectifs

Objectif général :

Notre objectif est de renforcer les attitudes positives d'intégration, de coexistence et de solidarité entre les condamnés, mais aussi d'éviter tout type de comportement addictif, ainsi que d’appréhender des mécanismes d'intégration, afin de créer un groupe d'entraide et favoriser le progrès des relations humaines et de la capacité de communication aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de la prison, dans le but d'obtenir un meilleur bien-être social entre les détenus.

Objectifs spécifiques :

-Capter l'attention des détenus afin qu'ils assistent aux réunions, par le biais de concerts musicaux ou d'annonces, etc.
-Réaliser des réunions dans lesquelles s'exposeraient des témoignages de jeunes sortis de prison, qui ont surmonté leur addiction, nous enseignons des chansons, tout cela dans le but de développer des modes d'action positifs pour palier aux déficiences qui ont été détectées.
-Informer sur les centres REMAR, les équipements, les activités, et les projets menés à bien en Espagne et à l'étranger, que ce soit par le biais de discussions, de vidéos, de photos, de revues...
-Informer sur les possibilités et les conditions nécessaires pour pouvoir purger les peines dans le centre, les gestions préalables, les comportements et attitudes positifs nécessaires pendant la période en prison, etc.
-Informer l'équipe technique de la prison de l'avance et du développement du programme, de ses changements, des possibilités de gérer la purgation des peines des jeunes au sein du centre, etc, de manière régulière, et quand cela est opportun et nécessaire.
-Assurer l'écoute, le soutien, le conseil et l'aide, la compréhension, la motivation et l'aide dans le rétablissement autant des relations familiales que des attitudes et valeurs.
-Rassembler les demandes des jeunes pour ultérieurement chercher des solutions et des réponses adaptées parmi nos possibilités, si cela est opportun et accepté par l'équipe technique.
-Faire face aux demandes des familles et les informer de la situation de leurs enfants.
-Après 6 mois de suivi dans le programme, mis à part exceptions, offrir des facilités pour purger les peines dans le centre, grâce à une embauche professionnelle, comme stipulé dans les articles 57.1 et 60 du Règlement Pénitencier, etc.
-Créer des moments d'évasion et de distraction, par le biais d'activités telles que des matchs de football, l'exposition de vidéos, des concerts musicaux, des représentations théâtrales, etc.
-Proposer le centre comme voie pour profiter des permis, dans le cas des jeunes qui n'ont pas de famille ou de proches qui les accueillent. Développer une attitude de solidarité et de compréhension chez les détenus pour créer des groupes de soutien et d'aide réciproque.

Activités :

-Réalisation de concerts musicaux.
-Réalisation de représentations théâtrales.
-Réalisation de panneaux et de fresques informatrices.

Discussions :

-Réalisation de réunions hebdomadaires.

Information de l'équipement au sein de REMAR:

Réalisation de ciné-forums et de colloques à la fin de l'activité.
Discussions hebdomadaires.
Distribution de revues, livres, cartes postales, brochures, photos et mémoires de REMAR.

Information pour l'équipe technique :

-Réunions régulières avec l'équipe techniques pour traiter les question opportunes et donner suite aux gestions acceptées.
L'équipe sera informée de :
-l'avancée du programme.
-le suivi et les réussites des jeunes.
-les possibilités d'offrir la purgation de la peine au sein du centre aux jeunes ayant une attitude positive.
-les possibilités d'offrir des permis dans Remar aux jeunes n'ayant personne pour les accueillir.
-les possibilités d'offrir l'habilitation professionnelle dans des cas d'extrême confiance et de suivi continu.
-les doutes et les besoins de conseil de part de l'équipe.

Assistance et soutien :

-Demandes de parloirs intimes avec les jeunes qui ont besoin d'une attention plus personnelle.
Dans les réunions, nous donnerons une pleine liberté d'expression de sentiments, de doutes, de demandes, d'inquiétude, de plaintes, etc, pour la réalisation de colloques et de discussions amènes.

Remar ONG atiende en las cárceles

De manière occasionnelle, les moniteurs responsables de Remar qui n'assistent pas de manière hebdomadaire au programme, organiseront des discussions avec les jeunes, offrant leur aide et leur conseil, avec l'objectif de les soutenir pour affronter les mésaventures qui puissent survenir, aussi bien au sein de la prison qu'à la sortie de cette dernière, tout cela dans le but d'une meilleure intégration sociale et habilitation personnelle.

Attention aux familles :

Information aux familles par téléphone ou personnellement, des progrès et attitudes de leurs enfants, de leurs besoins et problèmes, etc. De cette manière, nous pouvons nous mettre en contact avec eux, pour leur offrir l'aide du centre, pour tout ce dont ils ont besoin, même dans l'appui aux visites à la prisons des familles n'étant pas dans la capacité de se déplacer, mais aussi dans le soutien à offrir un logement aux familles qui viennent de loin et n'ont pas de moyens économiques, etc.

Tout cela est mis en place afin d'améliorer et de rétablir les relations familiales qui sont très endommagées à cause des drogues, de la délinquance, de l'alcoolisme, de la prostitution et de la violence.

Moyens d'évasion :

-Organisation de matchs de football et de basket-ball.
-Concerts musicaux et représentations théâtrales.
-Activités culturelles.

Purgation de peines.

Depuis que REMAR a commencé son chemin, nous avons eu la confiance de tous les juges, qui nous ont envoyé des personnes addictes à la drogue, pour qu'ils purgent leur peine au sein de Remar. Beaucoup d'entre eux ont été réhabilités pendant la période d'accomplissement.

L'objectif principal de ce programme consiste en l'intégration dans les programmes de l'association de personnes que les juges autorisent pour qu'ils purgent leur peine de manière alternative, dans nos centres.

Les objectifs concrets de cette labeur avec des personnes qui sortent de prison pour purger leur peine dans les centres REMAR sont :
-atteindre leur réhabilitation de toutes leurs addictions.
-développer leurs capacités intellectuelles et professionnelles.
-Rétablir leurs relations familiales.
soutenir et aider ces jeunes dans leur réhabilitation, par le biais de travaux qui leur permettent de vivre dignement, et qui puissent être utiles à autrui.
-Atteindre leur réinsertion complète dans la société.

Les internes qui se présentent à Remar pour purger leur peine, intégreront un centre de Première Phase, même s'ils n'ont pas d’addiction et ne maintiennent aucune consommation. Il est de fait convenable que la personne soit, en un premier temps, assistée dans une maison d'accueil dans la campagne, éloignée du contexte normal, que ce soit pour les travaux réalisés, pour le traitement personnels que les moniteurs mettent en place avec les internes, parce qu'il y a plus de temps pour les loisirs et la détente, etc.

Si leur addiction est notable, et leur consommation maintenue, ils integreront aussi une Première Phase, et ce dans le but de surmonter la désintoxication physique et psychique. Si le cas présent est celui d'un malade en phase terminale de sida, qui présenterait un état physique critique, il sera assisté dans une maison où il disposera d'une plus grande attention. Les horaires sont soumis aux travaux et circonstances.

Dans les maisons de première phase sont réalisées des travaux domestiques et d'agricultures, mais aussi des travaux avec des animaux, dans le cas où la maison serait une grange. Les personnes qui ont été présentes durant une longue période commencent à se préparer pour la deuxième phase, en entrant en contact avec l'extérieur, en réalisant des travaux similaires de répartitions de publicité, etc.

Les 15 premiers jours, il ne pourra pas recevoir de visites, car c'est un moment d'observation, d'adaptation au milieu y de connaissance avec ses compagnons. A partir de ce moment, et avec autorisation du responsable, il pourra recevoir des visites. Passés les 4 mois approximativement ( dépendant de chaque cas concret) la personne effectue la deuxième phase de réhabilitation où principalement sont traités les problèmes qui ont mené la personne à utiliser des drogues, les problèmes qui ont surgi dans sa vie en raison de la dite consommation. Débute alors un rapprochement familial. Nous les aidons et les soutenons dans le rétablissement des relations familiales avec leurs enfants, et leurs parents, qui avaient été antérieurement rompues par la consommation de substances illicites. Pour ce faire sont réalisées des visites, avec avertissement antérieur au responsable du centre où il vit. Dans cette phase sont réalisés les traitements de thérapies de groupe, au cours desquels nous travaillons avec les sujets, en essayant de leur faire atteindre une base minimale de :
-autodiscipline personnelle. De fait nous enseignons les normes d'hygiène personnel et de rangement des chambres, de nettoyage de la cuisine, de persévérance dans les travaux réalisés...
-développement de la propre dignité et confiance en soi, avec la réalisation de travaux qui correspondent aux sujets, en développant leurs capacités et qualités, des travaux de leurs professions, en iniciant un contact avec la société, avec des labeurs telles que la vente, le travail en bureaux, le transport de véhicules, la mécanique, la peinture, le ramassage de meubles,... Si la personne répond à cette deuxième phase, elle accède à la troisième phase du programme de réinsertion . Là, elle sera initiée à la prise de responsabilités, où a des travaux d'aide à la personne, et ce en fonction de ses caractéristiques et de ses aspirations, qu'ils réalisent, dans un premier temps au sein du centre, pour pouvoir par la suite réaliser des travaux dans la rue, avec un niveau professionnel optimal.

Ils doivent être responsables d'eux-mêmes, tout en ayant une plus grande liberté. De fait, il peuvent avoir des permis, des sorties pour des activités, pour aller visiter leur famille, et ce, dépendant de leur conduite.

Admission

Notre volonté est de ne rejeter aucune personne autorisée par les juges à purger leur peine dans nos centres. Pour cela, nous exigeons seulement l'acceptation des normes de fonctionnement interne des dits centres.
L'internement est pour autant volontaire et gratuit, à condition d'avoir la volonté d'arrêter la consommation de drogues, et d'accepter les conditions qui suivent :
1.Respecter les horaires de la communauté pour toutes les activités, les travaux, le temps libres, les réunions, etc.
2.L'assistance à toutes les activités désignées, à part en cas de force majeure.
3.Accepter l'accompagnement à tout moment, d'une autre personne monitrice, qui agit parfois en ombre, jusqu'à ce que cela soit convenable.
4.La permanence d'un temps minimal de 15 jours sans sortie de la Communauté, et ultérieurement, seulement en cas d'autorisation et toujours accompagnés de leur ombre.
5.L'utilisation de drogue, ni de substitution, ni pharmaceutique, exceptée prescription médicale, ne sera tolérée. La consommation d'alcool et de tabac n'est pas non plus permise.
6.Les visites au centre, sans autorisation préalable ne seront pas admises, sans exception.
7.Pendant la période de réhabilitation, l'interne ne sera pas en possession d'argent. Ainsi, il devra remettre l'argent qu'il a sur lui, qui sera administré, selon sa volonté, par l'administration du centre. Il est conseillé que lors de l'internement, il ne dispose de pas plus de 1000€.
8.Soumission à un registre complet, si la Direction le pense nécessaire.
9.Il devra informer, lors de son entrée, dans combien d'affaires judiciaires il est impliqué, et de sa situation familiale.
10.Il notifiera, à l'entrée, de toutes les maladies qu'il souffre, spécialement celles virales et contagieuses.
11.Autorisation paternelle pour les mineurs.
12.Dans le cas de l'internement de couples, ils devront être séparés temporellement, jusqu'à ce que cela soit considéré convenable.
13.Le patient devra signer son document d'admission dans le Centre dans lequel il renoncera a quelque réclamation que ce soit concernant la responsabilité pour maladie ou accident. Il devra donc disposer de sa propre assurance.

Accord de direction des centres pénitenciers

Dans ce programme, il faut aussi mettre en évidence l'accord signé avec le gouvernement du Guatemala en ce qui concerne la direction des centres pénitenciers pour mineurs. Notre travail se développe au sein de l'administration de certains centres de mineurs, et l'élaboration des traitements, et l'observation de ceux ci, dans les centres de Las Gaviotas et les centres juvéniles étape 1 et 2, recevant environ 350 jeunes multirécidiviste.

Appartenir à un gang, au Guatemala est la plus grande aspirations de nombreux jeunes. Pour faire partie d'un d'entre eux, l'assassinat, le viol, les séquestres, le satanisme et autres violences sont des conditions indispensables, que ces jeunes vivent de manière quotidienne. Ces centres correctionnels de mineurs, dirigés par Remar, dans lesquels les internes ayant commis des délits graves sont réhabilités, éduqués et préparés à être, dans le futur, grâce à Dieu, une aide pour autrui.

Compra YA, tu calendario Solidario

s5 logo

Revista Mensual: